Chargement en cours
Ma sélection

Lot 134 - Jean HÉLION - « L’HOMME AU FRONT ROUGE », 1946 - Huile sur toile signée,[...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Jean HÉLION
« L’HOMME AU FRONT ROUGE », 1946
Huile sur toile signée, titrée, datée, située New York et dédicacée
à « Diane et Thomas Bouchard en souvenir de notre film et en attendant
de plus grandes réalisations, cordialement à tous deux »
63,5 x 53,5 cm
Certificat de Jacqueline Hélion
Provenance :
Ancienne collection Diane et Thomas Bouchard
Bibliographie :
Figurera dans le catalogue raisonné de l’œuvre de l’artiste en préparation par Jacqueline Hélion
Historique :
Dans les années 1940, Jean Hélion est un intime de Diane et Thomas Bouchard auxquels il offrira l’œuvre « L’homme au front rouge » en novembre 1946. Cette toile tient d’ailleurs, une place prépondérante dans le film que le couple réalise : « Hélion : un artiste au travail ».
L’artiste collabore à ce documentaire cinématographique en écrivant le script et rédigeant la narration qui accompagnera cette plongée dans l’intimité de son atelier. Le spectateur est entraîné dans l’explication des procédés de création de Jean Hélion, entre gros plans sur certaines œuvres
et commentaires explicatifs sur les séries et la peinture réalisées par l’artiste.
Au travers des séquences sur les figures de Hélion et des scènes de rues new-yorkaises, on comprend que la première préoccupation du peintre est,
à l’époque, le tumulte de la ville emplie de personnages élégants déambulants à travers la vie.
On y retrouve l’omniprésence du personnage au chapeau. Un plan présente Jean Hélion se documentant sur les modèles et les tissus, un autre montre l’artiste, devant une boutique de mode, en train de croquer les chapeaux exposés en vitrine. Hélion dira d’ailleurs « Un chapeau, pour moi, est comme la guitare pour les peintre cubistes : un objet féminin, doux, riche en forme et riche de sens ».
Au milieu du film, Jean Hélion tient une toile abstraite à côté d’une grande composition figurative de la série des années 1940. À l’étonnement
de certains du cheminement inverse de l’artiste de l’abstraction des années 30 vers ses tableaux figuratifs des années 40, Jean Hélion répond : « Ils sont la même chose. Avions, volumes, espaces. Les couleurs vives, des tons fins, les rythmes de toute nature. Vous pouvez même si vous le souhaitez mélanger mes figures et mes abstractions. »
La guerre interrompit les premières réalisations figuratives d’Hélion. Il ne les reprendra qu’en 1946 après son retour des Etats-Unis où il avait trouvé refuge après son évasion d’un camp de prisonniers en Allemagne. Mais avant de quitter New-York et pour assumer la coupure et se délester d’un passé encombrant, Hélion détruisit des milliers d’œuvres, rendant les années 1946 assez faibles en nombre. À Paris, il développe des séries thématiques
où la figure, au tracé délié et à la coloration tranchée, souvent acide, est allégorique. Le dessin ferme s’incorpore à la couleur et aux volumes, synthétisant le trait et la touche de telle sorte que la clarté du tableau, la clarté de son expression et celle de sa réalisation, coïncident. Acte pictural historiquement décisif qui voit Jean Hélion passer de l’Abstraction, dont il fut l’un des maîtres aux cotés de Mondrian, à la Figuration, dans un souci d’élargir son domaine créatif.
Démarche intellectuellement courageuse qui le coupera de ses amis, lui apportera la désaffection de la presse et verra la rupture de son contrat avec
Paul Rosenberg. Mais l’envie de dépasser le langage tautologique de l’Abstraction pour figurer, est impérieuse. Pour Jean Hélion, figurer c’est répondre
à une interprétation en engageant sa responsabilité d’homme au-delà de la technicité de la peinture. Jean Hélion n’a jamais considéré l’Abstraction comme un mouvement de conquête mais comme une position de repli qui cultivait la forme, pour contourner la difficulté de signifier. Figurer c’est nécessairement signifier mais le peintre doit tenter de réconcilier la forme et le sens en les mettant au service l’un de l’autre. « Le sens est à présent, pour moi, la définition ultime de la forme. Mais je suis fort capable de dire, et croyant être également juste, que la forme n’est que la définition précité du sens ». Cet élargissement de la ‘mesure de peindre’ à la ‘mesure de l’homme’ n’est pas sans conséquence sur les œuvres de Jean Hélion de cette période.
Cet « Homme au front rouge » de 1946 exprime de manière magistrale l’abolition de l’intellectualisme abstrait comme l’onirisme du surréalisme. Placé volontairement dans un environnement neutre, exempt de narratif comme peut l’être la rue ou une quelconque architecture, Hélion délivre son personnage de toute sensualité illustrative. Tableau visionnaire qui ne penche ni du côté du bien ni du côté du mal et qui ne fait aucune référence
à la morale. Ce héros est le chevalier d’un monde de dureté qui exprime par sa froideur une force élevée à la hauteur d’une religion. Cet « Homme au front rouge » nous vient des Amériques, pays vainqueur où Jean Hélion, peut-être l’a rencontré, lui ou ses semblables, cet homme au regard fixe, à peine humanisé par l’ombre du Borsalino, statufié dans son impeccable costume sans faux plis, engoncé dans son col immaculé que ferme une cravate en forme de serpent naturalisé. Image véhiculée à travers la planète par les films de gangsters des années 40/50, devenu héros par le cinéma, héros du Nouveau Monde, héros d’un monde nouveau, frontalement présent mais humainement absent. Cet extraordinaire homme-clinique, robotique, bionique, absent de sa chair, l’Abstraction n’aurait pu le dire. Il fallait que Jean Hélion inventa la notion d’échange entre la surface et le sous-sol, entre le passage du dessus et du dessous, entre l’invisible et le visible. Il lui fallut ramener le fond des choses à la surface de la toile, de sorte que l’essence
du sujet puisse accéder à l’apparence. « L’apparence n’est-elle que la peau ? Ou bien la zone d’émergence de l’intérieur ? » Image hiératique, totémique qui inscrit magistralement l’extraordinaire dans le banal.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes