Chargement en cours
Ma sélection

Lot 57 - Bernardino MEI - SAMSON ET DALILA

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

Bernardino MEI
SAMSON ET DALILA
Huile sur toile. Agrandie d'une bande d'environ 8 cm de haut.
Porte une attribution à Luca Giordano
216 x 185 cm
(accidents et manques)
Expert : Cabinet Eric Turquin

Provenance : - Collection Scipione Bargagli, Sienne, avant 1723
- Collection Claudio et Celso Bargagli, Sienne, en 1740
- Palais Farnese, Rome (d' après le catalogue de 1838)
- Vente Londres, salle du Pantechnicon, Christopherson, lot 3 en 1838
- Collection particulière
Originaire de Sienne, Bernardino Mei (1612-1676) fut un des plus grands artistes de cette ville au XVIIe siècle. Elève de Raffaello Vanni, lui-même élève de Pierre de Cortone, il acquiert chez ce maître toscan l'art d'associer des couleurs inattendues.
Son talent et d'importants mécènes l'ont aidé à s'imposer à Rome.
C'est en effet le futur pape Alexandre VII, Fabio Chigi, qui le fait venir en 1657. Devenu membre de l'Académie de Saint Luc, il répondra à de nombreuses commandes pour des peintures, religieuses ou non.
Cet épisode de l'histoire de Samson et Dalila est rarement représenté en peinture.
A trois reprises Dalila tente de connaître le secret de la force de Samson, la troisième sera la bonne: «Dalila lui dit encore: Jusqu'à quand me tromperas-tu Dis-moi donc avec quoi il faudrait te lier.
Samson lui dit: Si tu entortilles sept cheveux de ma tête avec la chaîne du tissu, et qu'ayant fait passer un clou par dedans, tu l'enfonces dans la terre, je deviendrai faible. » L'ayant fait, Dalila lui dit: «Voilà les Philistins sur toi, Samson! Et s'éveillant tout à coup, il arracha le clou avec ses cheveux et la chaîne de tissu. » (Livre des Juges XVI, 13-14)
Le tableau que nous présentons apparaît dans deux inventaires des biens du siennois Scipione Bargagli.
Son inventaire après décès du 17 décembre 1723 répertorie une galerie de plus de 70 tableaux dont le numéro 482: «Un quadro grande in diacere, con sue cornici nere largo b[racci]a 3 et altro b[racci]a 1/3 col ritratto di Sansone con le chiome al cihodo, e Pallada con altre figure al naturale del Mej (sic)».
Le format indiqué (175 par 195 cm) correspond à notre tableau avant qu'il ne soit agrandi et celui-ci est encore en indivision entre les deux frères de Scipione, Claudio et Celso Bargagli, le 22 décembre 1740 («Sansone colle chiome al chiodo. Del Mei. . . 40»).

La description d'un tableau réapparu à Londres en 1838 autorise à dire qu'il s'agit de celui que nous présentons: N° 790.
Le chef-d'œuvre d'Annibal Carrache, provenant du palais Farnese à Rome, représentant Samson et Dalila. . .
Cette œuvre magnifique est d'une grande et noble conception, d'une belle et remarquable exécution. . .
L'expression de Samson est merveilleusement traduite, sa taille gigantesque a de belles proportions, sa main droite qui tient la mâchoire et sa main gauche levée au-dessus de la tête traduisent sa douleur quand il est, soudain, violemment retenu par la chevelure.
Le clou qui retient ses cheveux semble lutter pour ne pas céder.
La belle figure de Dalila contraste avec celle de la femme âgée qui attend.
L'amour quitte la scène qu'il désigne du doigt, celui qu'il retire de la bouche signifie sa décision de partir pour ne plus revenir. Tout en rondeurs, il s'exclame «Je ne veux plus de toi» ou «Adieu, je m'en vais».
L'expression est souvent utilisée par les Italiens quand une personne est indignée par la conduite d'une autre.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes