Chargement en cours
Ma sélection

Lot 131 - André MASSON - « LA CONSTELLATION DE LA LOUVE », 1942 - Huile sur toile signée [...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

André MASSON
« LA CONSTELLATION DE LA LOUVE », 1942
Huile sur toile signée en bas à gauche, contresignée et titrée au dos
25,5 x 30,5 cm

Provenance :
- Valentine Gallery, New York
- Collection Joseph.H. Hirschhorn
- Collection particulière
- Galerie Applicat Prazan, Paris
- Collection particulière, Paris


Expositions :
- « André Masson », Museo National Centro de Arte Reina Sofia, Madrid, 2003
- « André Masson – America », Galerie Cazeau-Béraudière, Paris, 2004
Bibliographie :
Sera reproduit dans le second tome du catalogue raisonné de l’œuvre de l’artiste en préparation par Madame Guite Masson
En 1941, André Masson quitte Paris pour fuir la barbarie nazie et s’installe dans la campagne américaine à New Preston (Connecticut), non loin de son ami Alexandre Calder. L’immensité des paysages, l’intensité des lumières, les forêts, les espaces, l’art des indiens, ont une influence positive sur son travail. La peinture, pourtant confrontée à des éléments naturels extrêmes, se calme et tend vers la transcription picturale des forces élémentaires et des rythmes telluriques. La végétation luxuriante, incite André Masson à fouiller un monde souterrain d’éclosion et de germination, et à feuilleter l’encyclopédie des variations imaginaires des mythologies indiennes. Fantasmagorie enfiévrée au cœur des printemps de la Nouvelle Angleterre où circulent les formes primitives d’étranges hommes papillons.
Tout concourt à faire de la peinture d’André Masson, un condensé d’émotion où se mêlent les extrêmes du conscient et de l’inconscient, de l’intuition et de l’entendement. Transmutation mentale vers une surconscience à la rayonnante unité.
Pour André Masson la puissance d’une œuvre d’imagination tient à trois conditions.
- 1 l’intensité de la méditation préalable
- 2 la fraîcheur du regard sur le monde extérieur
- 3 la nécessité de connaître les moyens picturaux propres à l’art de ce temps.
S’accomplira alors dans le tableau, la fusion des éléments hétérogènes mis en jeu par le peintre.
La « Constellation de la Louve » est une œuvre d’une grande puissance émotionnelle qui exprime dans un espace réduit toute la Nouvelle Angleterre ; chaleur rendue par la puissance de la couleur, lumière intense, entrelacs de branches sous-tendus d’esprit surréaliste que le dépaysement n’a pas gommé comme n’a pas été gommé le combat plastique des lignes entre-elles, hachées, aigues, discontinues, qui sont un rappel des luttes qui sévissent en Europe.
Tableau de jaillissements et d’apparitions, cette œuvre est plutôt à placer du coté d’Apollon que du coté de Dionysos.
Il ne fait pas de doute que ce soit la parfaite réalisation plastique de ses tableaux alliée à une vision surréaliste du « monde » qui aient apporté à André Masson l’admiration des peintres américains. Comme à cette époque l’Amérique regardait encore du côté de la France on accepta son influence qui fut immense, notamment pour Jackson Pollock et la génération de l’expressionnisme abstrait. Si André Masson avait pris la nationalité américaine, il serait devenu, sans aucun doute, l’un des maîtres de son pays d’adoption.
La peinture créée entre 1941 et 1945, date de son retour en France, peut être considérée comme le point d’orgue d’une œuvre exceptionnelle. La « Constellation de la Louve » s’inscrit parmi les tableaux les plus accomplis de cette période et ses dimensions modestes ne doivent pas faire oublier sa monumentalité. L’illimitation de l’espace, les mouvements des formes dans cet espace, la liberté du pinceau, le rejet des couleurs symboliquement anecdotiques, le refus des formes descriptives, affirment les rapports qu’André Masson entretient avec une nature en perpétuelle renaissance, unir peinture et poésie dans un même geste, celui de l’écriture et celui de la peinture, dont l’analogie ontologique du geste et du rythme cosmique, se rejoignent dans l’espace du tableau. Œuvre comme une sorte de labyrinthe où animaux, plantes, humains mêlés, peuvent être compris comme métaphore du destin.
Ce tableau « Constellation de la Louve » de 1942 s’offre à l’esprit et au regard, telle une œuvre ayant acquis l’intériorisation magique des choses accomplies.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes